• Cecilia Kramar

De médecin à guide bénévole

Le voyage de Sylvie Douyon dans le monde merveilleux du Musée des Beaux-Arts de Montréal


Par Jihane Mossalim



D'aussi loin qu'elle se souvienne, Sylvie s'est toujours intéressée aux arts ; elle adorait dessiner et a prenait des cours de peinture le samedi à l'âge de 4 ou 5 ans. Cette passion l'a accompagnée pendant ses années, de l’école primaire à l’école secondaire. Alors que de nombreux enfants s'ennuyaient et n'aimaient pas les cours d'art obligatoires, elle les appréciait beaucoup.


Les choses changèrent lorsqu'elle décida d'étudier la médecine ; avec peu de temps à sa disposition et de nombreuses nuits blanches à étudier, faire de l'art, quel qu'il soit, devenait de plus en plus difficile. Elle trouva toutefois le temps de visiter toutes les expositions temporaires du Musée des beaux-arts de Montréal, un vrai régal pour les yeux (et le cerveau). Bien qu'elle ne fût pas active dans la création d'arts visuels, elle garda une pratique de la danse bien vivante et participa même à des compétitions de danse sociale. ‘’J'ai toujours eu un côté créatif", dit-elle, "un côté créatif qui ne pouvait pas se manifester autant dans ma pratique médicale ; un peu peut-être, mais pas tant que ça."


Il y a un an et demi, Sylvie décida de prendre sa retraite de sa pratique médicale en tant que gynécologue obstétricienne. Elle allait se lancer dans une nouvelle aventure, celle de guide bénévole au Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM). À 60 ans, alors qu'elle planifiait sa retraite, Sylvie commença à suivre des cours d'art au MBAM ; elle aimait tellement le musée qu'elle savait qu'elle voulait donner de son temps à l'institution durant ses années de retraite.





Sylvie a fait partie de "Mondes parallèles", une expérience publique en ligne gratuite conçue par l'Initiative Convergence en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). L'expérience comprenait trois événements mensuels, dont une visite virtuelle d'œuvres d'art, un colloque en ligne en direct avec un scientifique et un guide artistique, et un atelier art-science en ligne lié au colloque. Lors du colloque, un scientifique et un guide artistique ont engagé un dialogue sur la perception visuelle et les beaux-arts, inspiré par un pigment spécial représentant une couleur et un sujet. Lors du colloque YInMn Blue, nous avons eu le plaisir d'entendre et de voir l'échange entre les deux porte-parole Karim Jerbi et Sylvie Douyon. Voici un avant-goût:





"Savez-vous comment fonctionne l'ensemble du programme pour devenir bénévole ?" me demanda Sylvie. Je dois avouer que je n'en avais aucune idée ! Elle m'a ensuite expliqué qu'il s'agissait d'un programme très rigoureux d'une année, composé d'une session à l'Université Concordia où les futurs guides apprennent des compétences spécifiques ainsi que des façons d'interpréter une œuvre d'art. La dernière session se déroule entièrement au MMFA où les étudiants suivent un cours d'histoire de l'art, depuis l'époque égyptienne jusqu'aux mouvements artistiques actuels. Les étudiants apprennent également tout sur les collections permanentes du musée.


Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le musée était fermé le lundi ? Sylvie m’expliqua que tous les lundis où le musée est fermé au public, les guides bénévoles suivent des formations sur l'art. Ils sont donc toujours au courant de tout ce qui se passe au musée. De plus, chaque année, les guides organisent eux-mêmes une sortie dans un musée à l'étranger. Sylvie a eu la chance d'aller en France avec ses collègues guides, mais malheureusement, la pandémie a interrompu le voyage et il a dû être annulé. Selon Sylvie, il y a beaucoup d'avantages à être guide volontaire. Elle semble définitivement très heureuse de suivre cette voie.


Lorsqu'on lui demande comment elle en est venue à collaborer avec Karim Jerbi pour Parallel Worlds, elle explique que chaque fois qu'il y a un projet spécial impliquant le musée, il est affiché pour que tous les guides puissent le voir et chacun a la possibilité de postuler. "J'ai postulé parce que j'étais très intéressée par l'alliance de l'art et de la science et je voulais aussi en apprendre davantage sur la façon dont les gens perçoivent les choses pour m'aider dans mon travail de guide. C'était ma principale motivation pour postuler".


Je lui ai demandé si son expérience avec Parallel Worlds lui avait donné une nouvelle perspective sur les collaborations SciArt et elle m'a répondu qu'en plus d'apprendre la signification du mot paréidolie (lorsque nous voyons des choses dans des objets, comme des visages dans les nuages), elle croit que cette expérience l'aidera vraiment à expliquer et à présenter l'art abstrait aux visiteurs des musées.


Sylvie a également soulevé des points intéressants concernant la question des arts dans le domaine scientifique et de la science dans le monde de l'art ; elle affirme qu'il ne devrait pas y avoir de frontières strictes entre les deux. En fait, chaque domaine peut fusionner et converger avec un autre. Elle se souvient avoir beaucoup appris sur l'histoire du monde, et pas seulement sur l'histoire de l'art, pendant ses cours d'histoire de l'art. Elle cite également en exemple l'utilisation de la science dans l'art, comme le passage des pigments en poudre à la peinture en tube, facilitant le transport des peintures en plein air à l'époque des impressionnistes ou l'utilisation et la compréhension des ombres et de la perspective.


Elle est également très intéressée par l'art et la création numérique. Les Fractal Flowers de Miguel Chevalier l'ont vraiment impressionnée : "avoir ce jardin virtuel qui vit et se régénère grâce à différents algorithmes... c'est vraiment extraordinaire et je pense que nous allons de plus en plus vers ce [type d'art]".


Lorsque je mène des entretiens, je suis toujours curieuse de savoir ce qui les fait vibrer, ce qu'elles aiment et n'aiment pas, leur point de vue sur différents sujets, etc. En raison de sa récente activité de guide bénévole, je me devais de lui demander où elle se verrait dans 5 ans. Elle répondit qu'être guide volontaire n'est qu'une partie de sa vie, qu'elle continuerait bien sûr à faire, tout en travaillant sur un projet qu'elle a en tête : créer et illustrer des petits livres pour enfants. Elle a bien hâte de suivre d'autres cours de création artistique et de voyager, voyager, voyager. Elle prend des cours de mandarin depuis maintenant 3 ans et aimerait bien partir et passer 3 mois en Chine.


Sylvie est vraiment la preuve vivante que la retraite n'est qu'un début et qu'elle peut ouvrir des portes sur une nouvelle vie et sur de nouvelles aventures.


Parallel Worlds comprend une série de colloques virtuels en direct au cours desquels des spécialistes du cerveau et des guides bénévoles du MMFA discutent d'un sujet lié à la vision, à la couleur et à l'art, un atelier art-science en ligne lié à chacun des thèmes des colloques et une visite virtuelle permanente que vous pouvez visiter ici!


Vous pouvez également visionner l'intégralité du colloque ici, sur notre YouTube channel, avec des sous-titres en anglais et en français.



Mondes Parallèles est une expérience publique gratuite en ligne conçue par l'Initiative Convergence en collaboration avec le Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM). L'expérience englobe une série d'événements qui utilisent la collection du musée pour partager avec le public les connaissances en neurosciences et en beaux-arts sur la perception visuelle.
 
D'Avril à Août 2021, l'expérience propose trois événements mensuels qui comprennent une visite virtuelle permanente d'œuvres d'art sélectionnées pour leur valeur scientifique, historique, technique et esthétique. Un colloque en ligne en direct au cours duquel un neuroscientifique et un guide artistique bénévole discutent d'un sujet lié à un aspect de la vision, de la couleur et de l'art. Et un atelier art-science en ligne lié au colloque. Chaque session en ligne sera diffusée en direct sur Zoom et d'autres plateformes de médias sociaux. Nous espérons réunir un public diversifié pour explorer les avancées des neurosciences visuelles et l'impact et l'influence de l'art sur ces avancées.
 
Mondes Parallèles bénéficie du soutien du programme en Réparation du Cerveau et en Neurosciences Intégratives (RCNI) de l'Institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé McGill (IR-CUSM), de la Faculté des beaux-arts de l'Université Concordia, de l'Association canadienne des neurosciences (ACN) et d'une subvention de mobilisation des connaissances du programme Healthy Brain, Healthy Lives (HBHL) de l'Université McGill.





4 views0 comments

Recent Posts

See All