depression_translation_cover_large.jpg

DÉPRESSION EN TRANSLATION

Indigo Danielson 𝄅 Emery Vanderburgh 𝄅 Amanda Brown

2021
installation multimédias
4 minutes

la démarche artistique

 

La stigmatisation entourant la maladie mentale persiste parce que la personne qui en souffre est souvent blâmée pour avoir subi des symptômes indépendants de sa volonté.

 

Cette installation vise à représenter visuellement les facteurs épigénétiques et environnementaux qui contribuent à la prédisposition d'une personne à la dépression et au suicide, tels que l'adversité au début de la vie (ELA), et la façon dont ces expériences traumatisantes régulent épigénétiquement la façon dont les gènes sont transcrits et traduits. Ainsi, l'œuvre illustre le réseau complexe de facteurs qui composent et conduisent à l'étiologie nuancée de la dépression et du risque de suicide.

 

Chaque vêtement est créé pour imposer des restrictions délibérées à la personne qui les porte. Tout en créant un sentiment de poids, de tension, de libération et de légèreté. La robe qui est révélée sous le manteau ainsi que la dualité dans l'expression faciale du masque montrent le contraste entre les résultats de la dépression et de la résilience chez les personnes ayant les mêmes gènes de risque mais des expériences différentes de l'adversité en début de vie et de la régulation épigénétique.

 

Une simple coiffe perlée a été construite pour représenter la régulation négative de la dopamine dans la dépression, car les branches reflètent les groupes latéraux de la dopamine; la section de la perle qui pend reflète quant à elle une dégradation de la structure du benzène. D'autres éléments, comme l'ajout de broderies et d'effets vidéo, représentent des facteurs tels que les neurotransmetteurs impliqués dans la dépression et les distorsions des systèmes de régulation du stress dues à la diversité des débuts de la vie.

 

Les animations vidéo ont également été créées pour renforcer ce sentiment de dualité cyclique par l'utilisation de couches, de répétitions et de contrastes. Ainsi, chaque élément de la pièce est considéré en relation avec la façon dont les gènes dépressifs et résilients affectent la personne qui souffre de dépression.

 

Basé sur les recherches d'Amanda Brown.

 

l'œuvre

à regarder

en mode plein écran

Concept de tenue et veste : Indigo Danielson

Modèle, reconstitution de la robe et masque : Amanda Brown

Réalisation, effets spéciaux et conception sonore : Emery Vanderburgh

les biographies des artistes

 
headshot_indigo_danielson.jpg

Indigo Danielson

Indigo Danielson poursuit actuellement des études de premier cycle en conception pour le théâtre à l'Université Concordia. Leur travail explore les thèmes de l'identité et considère le corps comme un vaisseau de communication. Leur travail est largement basé sur différentes formes de marionnettes, mais leur pratique inclut souvent le dessin, la gravure, la performance, la conception de costumes, la sculpture sur bois et bien d'autres techniques. Indigo a notamment dirigé l'installation de Concordia présentée à la Quadriennale de Prague en 2019.

headshot_amanda_brown.jpg

Amanda Brown

Amanda Brown est candidate au doctorat au Département de génétique humaine de l'Université McGill. Elle travaille actuellement au sein du McGill Group for Suicide Studies (MGSS), où elle étudie les interactions gène-environnement dans la dépression et le suicide. En particulier, elle examine comment l'adversité au début de la vie (comme la maltraitance des enfants) est associée à des changements moléculaires durables qui contribuent à la dépression et au suicide à l'âge adulte. En dehors du laboratoire, elle nourrit sa passion personnelle pour l'art en travaillant avec des textiles et la conception de vêtements, la broderie, les œuvres esquissées et la peinture.

headshot_emery_vanderburgh.jpg

Emery Vanderburgh

Emery Vanderburgh est une artiste multimédia qui poursuit actuellement un diplôme en arts intermédias à l'Université Concordia. Son travail présente des explorations colorées et surréalistes du soi, du handicap, du nouveau matérialisme et de la queerness. Son travail vidéo et photographique utilise la performance, la mode et la danse pour explorer les thèmes de l'étrange et de l'altérité. L'art et la défense des droits des personnes handicapées d'Emery ont notamment été présentés sur CBC, CTV et sur la page d'accueil d'Instagram.

 

scientific exploration

Cette pièce s'inspire des recherches d'Amanda sur la relation épigénétique entre l'adversité au début de la vie et la dépression/le suicide. Il met également l'accent sur l'importance de l'étape de traduction du dogme central pour déterminer quels gènes transcrits de manière différentielle sont effectivement synthétisés en protéines et contribuent ainsi aux phénotypes de la dépression et du suicide.

 

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression est actuellement la principale cause d'invalidité dans le monde, avec plus de 300 millions de personnes touchées dans le monde (1). Le trouble dépressif majeur (TDM) se caractérise par une humeur dépressive et une anhédonie, ainsi que par des symptômes secondaires tels que des changements d'appétit ou de poids, une insomnie ou une hypersomnie, une agitation ou un retard psychomoteur, une fatigue, des déficits de cognition et de concentration, un sentiment de dévalorisation, une culpabilité excessive et une tendance au suicide (2). La relation entre la dépression et la suicidalité présente un intérêt particulier pour la santé mondiale, étant donné qu'environ 60 % des suicides surviennent chez des personnes ayant reçu un diagnostic de TDM (3).

 

L'un des principaux facteurs associés au TDM et au suicide est l'adversité en début de vie (ELA), qui comprend la violence sexuelle, physique et émotionnelle pendant l'enfance, ainsi que la négligence. La RLE a également été étudiée en association avec les altérations épigénétiques, c'est-à-dire les changements héréditaires qui n'affectent pas le génome, mais qui entraînent néanmoins des modifications de l'expression des gènes. Il existe de nombreuses preuves que l'exposition à la RLE peut déclencher des altérations épigénétiques durables dans certains gènes liés au stress et à la régulation émotionnelle, qui contribuent probablement au phénotype du TDM/suicide à l'âge adulte(4).

 

L'expression génétique, qui désigne le processus par lequel les séquences de paires de bases d'ADN sont converties en produits génétiques fonctionnels, commence par la transcription. Au cours de la transcription, des séquences particulières du génome sont copiées en ARN (notamment en ARNm pour les séquences codantes qui produiront des produits protéiques), dont la somme peut être appelée le transcriptome. Lorsque le transcriptome est modifié par une régulation épigénétique, on peut qualifier les changements dans les gènes présents de "différentiellement exprimés" (5).

 

Après la transcription, les ARNm codants subissent le processus de traduction, au cours duquel ils sont liés aux ribosomes. Dans le ribosome, les ARN de transfert ou "ARNt", auxquels sont attachés des acides aminés, sont recrutés aux codons (ou séquences de 3 nucléotides) de l'ARNm qui correspondent aux codons situés au bas de la structure de l'ARNt. Des codons différents correspondent à des acides aminés différents et, de cette façon, le mécanisme de traduction "lit" l'ARNm pour identifier les acides aminés avec lesquels construire les séquences protéiques. Les acides aminés attachés aux ARNt se lient entre eux pour former des chaînes d'acides aminés lorsque les ARNt entrent et sortent du ribosome après avoir transféré leur acide aminé à la chaîne protéique en formation. C'est ainsi que se forment finalement les protéines complexes qui composent tous les tissus de l'organisme(6).

 

Tout ceci est d'autant plus intéressant dans le contexte de la voie RLE/MDD/suicide que des changements épigénétiques - tels que la méthylation de l'ADN et l'expression différentielle des gènes - ont déjà été mis en évidence dans le cerveau (en particulier dans le cortex frontal, le cortex cingulaire antérieur, l'amygdale et l'habenula) des personnes qui ont connu la RLE et ont ensuite été diagnostiquées comme souffrant de TDM et qui se sont suicidées, par rapport aux personnes souffrant de TDM/suicides sans RLE et aux témoins, mais l'expression différentielle des gènes d'ARNt et la régulation de la traduction n'ont pas été mises en évidence (5). Cela représente une pièce inexplorée mais cruciale du cadre que j'étudie dans mes recherches.

 

Plus précisément, j'ai l'intention d'utiliser une méthodologie appelée qPCR du trèfle à 4 feuilles (une forme spécialisée de PCR quantitative) pour valider les gènes d'ARNt exprimés de manière différentielle (DEG) dans le cortex cingulaire antérieur (CCA) des personnes atteintes de TDM qui se sont suicidées. En général, la qPCR fonctionne en attachant des sondes fluorescentes à des séquences spécifiques d'ADN ou d'ARN (qui ont été converties en ADN par la construction d'une bibliothèque), en les amplifiant par qPCR, puis en quantifiant le nombre de lectures qui correspondent à chaque sonde (7).

 

Ce faisant, j'espère identifier les DEG d'ARNt qui reflètent des niveaux de traduction altérés dans le TDM/suicide, de manière à influencer le phénotype du TDM/suicide. L'une de ces hypothèses est que les ARNt initiateurs de méthionine - qui commencent toujours le processus de traduction - seront déréglés chez les DDM/suicidés par rapport aux témoins de manière à indiquer une altération de la synthèse des protéines au niveau des synapses des neurones (un phénomène déjà observé chez les DDM dans une autre pièce de la machinerie de traduction - MTORC1) (6).

 

De cette façon, il est possible de démontrer que la RLE, la transcription et la traduction jouent toutes un rôle crucial dans le développement de la dépression et dans le risque de suicide.

References

  1. World Health Organization. (2017). Depression and Other Common Mental Disorders Global Health Estimates. World Health Organization.

  2. American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.).

  3. Cavanagh, J. T., Carson, A. J., Sharpe, M., & Lawrie, S. M. (2003). Psychological autopsy studies of suicide: A systematic review. Psychological Medicine, 33(3), 395-405.

  4. Turecki, G. (2014). The molecular bases of the suicidal brain. Nature reviews neuroscience, 15(12), 802-816.

  5. Schwanhäusser, B., Busse, D., Li, N., Dittmar, G., Schuchhardt, J., Wolf, J., . . . Selbach, M. (n.d.). Global quantification of mammalian gene expression control. Nature, 473, 337-342.

  6. Laguesse, S., & Ron, D. (2019). Protein Translation and Psychiatric Disorders. The Neuroscientist, 26(1), 21-42.

  7. Honda, S., Shigematsu, M., Morichika, K., Telonis, A. G., & Kirino, Y. (2015). Four-leaf clover qRT-PCR: A convenient method for selective quantification of mature tRNA. RNA Biology, 12(5), 501-508.