ebb_in_flow_cover_large.jpg

LE FLUX ET LE REFLUX

Cecilia Kramar 𝄅 Molly Taylor 𝄅 Man Zhou

2022
tissu, fil, bandes métalliques, bois, mousse, capteurs de pression, moteurs, microcontrôleurs
20" x 20" (partie supérieure) ; 35" x 35" (partie inférieure)

la démarche artistique

 

Fermez les yeux. Imaginez maintenant que vous avez un troisième œil qui vit dans votre corps intérieur et qui voit tout ce que votre corps vit. Que verrait-il ? Ce concept imaginatif nous amène à nous interroger sur la manière dont nous incarnons les changements de notre moi intérieur lorsque la nature nous guérit.  Imaginez à nouveau que vous vous allongez sur la mousse, que vous ressentez la chaleur du soleil et la fraîcheur de la brise printanière, que vous êtes transporté par la sensation de fraîcheur et de confort qui vous submerge. Pendant un instant, vous oubliez vos soucis et votre cœur se sent plus léger. Puis, vous ouvrez ce troisième œil, et vous voyez une douce forme blanche, dansant lentement dans le vide, caressant votre esprit incertain à chaque mouvement. Et puis, alors que vous la fixez, d'innombrables couleurs semblent se peindre sur cette surface blanche et deviennent la scène que vous voyez dans votre for intérieur. 

 

Le flux et le reflux a été inspiré par les sensations de flux du niveau de cortisol dans le corps, en réponse au stress de l'environnement quotidien. Ces niveaux de cortisol en constante évolution varient lorsque nous nous laissons aller aux capacités calmes et réparatrices de la nature, un phénomène qui n'a pas encore été mis en évidence, mais dont le pouvoir est néanmoins réel. Le siège en mousse inspiré de la nature invite le spectateur à modifier son taux de cortisol lorsqu'il prend la chance de s'asseoir, de sentir la douceur sous ses pieds, de ressentir les odeurs et de voir une représentation visuelle d'un corps intérieur apaisé.

l'œuvre

 

les biographies des artistes

 
499-headshots_72dpi_CeciliaKramar.jpg

Cecilia Kramar

Cecilia Kramar a obtenu son doctorat en étudiant les mécanismes impliqués dans l'apprentissage et la mémoire. Elle s'est toujours intéressée à la façon dont le cerveau décide quels souvenirs à conserver de ceux à oublier, et à la façon dont cela peut façonner notre cognition et notre personnalité. Au cours de son doctorat, Cecilia a commencé à utiliser l'art comme moyen d'expression, non seulement pour faire de l'art, mais aussi pour l'étudier et comprendre son importance pour notre santé mentale et notre bien-être. Au cours de sa carrière scientifique, Cecilia s'est également intéressée de près à l'application de la science en dehors du laboratoire, dans la communauté, afin de la rendre plus accessible compréhensible.

499-headshots_72dpi_MollyTaylor.jpg

Molly Taylor

Molly Taylor est une étudiante de troisième année en design à l'Université Concordia, avec une mineure en études sur la durabilité. Ayant grandi sur la rive nord du lac Supérieur dans le nord de l'Ontario, sa pratique est ancrée dans l'inspiration de la nature et l'utilisation du biomimétisme pour apprendre de son environnement. Molly aime travailler dans le domaine du multimédia, de la conception de meubles et des projets de construction qui lui permettent de développer ses compétences, tout en intégrant ses intérêts pour les biomatériaux, la mode et le changement social.

499-headshots_72dpi_ManZou.jpg

Man Zhou

Man Zou est une étudiante de troisième année en design à l'Université Concordia, avec une mineure en conception de jeux. Issue du milieu des arts visuels, elle aime apprendre de son environnement et exprimer ses sentiments à travers des œuvres multimédias. Croyant en la beauté de la collaboration interdisciplinaire, Man s'intéresse particulièrement à l'exploration des points d'intersection entre la technologie, les neurosciences, le design et l'art.

une exploration de la science

 

Notre mode de vie au rythme effréné et les événements mondiaux (catastrophiques) entraînent une augmentation globale de l'anxiété et du stress. Nous le ressentons tous. Maintenant, fermez les yeux et pensez à une forêt, imaginez-vous en train de vous promener au milieu de la nature. N'êtes-vous pas instantanément plus calme ? Mais... pourquoi ? Les résultats de la recherche suggèrent que l'exposition à la nature (ou ce que les médecins aiment appeler, une « pilule de nature ») a un impact significatif sur notre santé globale et nos fonctions cognitives.

Une promenade de 20 minutes dans la nature, 3 fois par semaine, peut réduire les niveaux de cortisol, mieux connu sous le nom d'hormone du stress. Le cortisol prépare votre corps à une réponse de type "combat ou fuite" en augmentant votre rythme cardiaque et en inondant votre corps de glucose, fournissant ainsi de l'énergie à vos muscles pour courir... ou combattre. Ce qui est très bien si nous sommes en danger. Alors, quel est le problème ? Dans notre mode de vie toujours stressé, notre corps libère du cortisol presque constamment, ce qui lui indique que nous sommes en danger en permanence. Cela crée un déséquilibre qui a un impact direct sur notre santé, augmentant l'anxiété et la dépression, les maladies cardiaques, altérant notre mémoire et notre cognition.

Grâce à la science, nous savons maintenant que le fait d'être entouré par la nature peut diminuer les niveaux de cette hormone, ce qui nous aide à réduire notre stress et à améliorer notre santé. Alors maintenant, allez vous allonger dans la mousse, levez les yeux au ciel... et détendez-vous.