unstable_cover_large.jpg

(IN)STABLE

Cassie Smith 𝄅 Nisha Rastogi 𝄅 Cecilia Kramar

2022
son génératif, haut-parleurs, bois, laine, mousse, capteurs, microcontrôleur

22" x 18"

 

la démarche artistique

Qu'est-ce que cela signifie de se souvenir ? La neuroscience de la mémoire met en évidence la nature liminale de l'expérience et de l'identité humaines, qui existent dans un état constant de flux, mais dépendent néanmoins d'un certain degré de continuité et de cohérence.

 

La consolidation de la mémoire est le processus neurologique par lequel les nouveaux souvenirs se stabilisent lentement dans la mémoire à long terme. Lorsqu'un souvenir est rappelé, ce processus de consolidation se reproduit (reconsolidation). Les souvenirs qui ont été précédemment stabilisés sont rendus à nouveau instables au moment de leur rappel. Cette instabilité les rend susceptibles d'être altérés. Ainsi, nous ne pouvons jamais nous souvenir deux fois du même souvenir, car le simple fait de se souvenir introduit un changement. 

 

(IN)STABLE est une exploration sonore immersive de ce processus. La pièce est guidée par une série de tensions délicates, oscillant entre stabilité et instabilité, entre l'organique et le computationnel. Plutôt que de comprendre ces lieux intermédiaires comme des sites de discorde, nous maintenons l'espace pour la contradiction. (IN)STABLE célèbre la beauté du changement, et les cycles éphémères de la mémoire et de l'identité qui permettent l'émergence de la transformation et de la croissance.

 

l'œuvre

se souvenir

(UN)STABLE is a generative soundscape created from your memories. The geodesic helmet contains a microphone and four speakers. You are invited to recount and record a memory. The sound of your voice is then processed and played back through the speakers. Layers of memory reverberate around you, disingetrating into tiny grains of sound before reconsolidating in endless cycles of stability and instability, cohesion and decay.

example: original memory

example: processed memory

écouter

les biographies des artistes

 
499-headshots_72dpi_NishaRastogi.jpg

Nisha Rastogi

Nisha Rastogi étudie en design à l'Université Concordia et travaille avec le design physique et numérique. En tant qu'artiste multidisciplinaire, Nisha est toujours à la recherche de nouveaux médiums à explorer. L'étude de la neuroscience de l'art et de la créativité a été un point de convergence intéressant pour elleux en tant qu'artiste.

499-headshots_72dpi_CeciliaKramar.jpg

Cecilia Kramar

Cecilia Kramar a obtenu son doctorat en étudiant les mécanismes impliqués dans l'apprentissage et la mémoire. Elle s'est toujours intéressée à la façon dont le cerveau décide quels souvenirs à conserver de ceux à oublier, et à la façon dont cela peut façonner notre cognition et notre personnalité. Au cours de son doctorat, Cecilia a commencé à utiliser l'art comme moyen d'expression, non seulement pour faire de l'art, mais aussi pour l'étudier et comprendre son importance pour notre santé mentale et notre bien-être. Au cours de sa carrière scientifique, Cecilia s'est également intéressée de près à l'application de la science en dehors du laboratoire, dans la communauté, afin de la rendre plus accessible compréhensible.

cassie2.jpg

Cassie Smith

Cassie Smith est une artiste multimédia basée à Montréal, concentrée sur l'art interactif génératif, l'informatique physique et la conception sonore. Elle travaille fréquemment avec le mouvement et les processus de sonification, en s'appuyant sur des interfaces non traditionnelles et en incorporant des éléments d'apprentissage automatique, des capteurs, du biofeedback et du suivi des gestes.  Cassie aime défier la dichotomie entre le normal et l'absurde, en utilisant les limites et les possibilités de matériaux spécifiques comme point d'entrée. Son travail explore souvent des phénomènes, comme le bruit, qui apparaissent dans différents systèmes et disciplines.

 

une exploration de la science

Dans le passé, les scientifiques pensaient que les souvenirs étaient enregistrés une fois, de façon permanente, dans le cerveau. Aujourd'hui, nous savons que le processus d'enregistrement de la mémoire est beaucoup plus malléable et complexe. La consolidation de la mémoire est le processus par lequel les nouveaux souvenirs se stabilisent en souvenirs à long terme. Ce processus se déroule lentement, permettant à la libération de neurotransmetteurs spécifiques, d'hormones et d'autres processus internes déclenchés par une expérience de moduler la force d'un souvenir.  Les expériences que notre corps perçoit comme significatives, souvent signalées par une forte émotion, ont tendance à être bien mémorisées.

 

Cependant, lorsqu'un souvenir est rappelé, le processus de consolidation se reproduit (reconsolidation). Les souvenirs qui ont été précédemment stabilisés deviennent à nouveau instables. Tant qu'ils sont instables, ils sont impressionnables et susceptibles d'être modifiés. En d'autres termes, cela signifie que nous ne nous rappelons jamais deux fois le même souvenir, car le simple fait de se souvenir introduit un changement. C'est pourquoi le traitement des traumatismes implique souvent la confrontation avec les souvenirs traumatiques. L'accès à ces souvenirs les rend instables au niveau neurologique, ce qui permet une intervention thérapeutique efficace.

 

L'idée de l'instabilité de la mémoire peut sembler terrifiante. Perdre nos souvenirs est l'une des choses qui nous effraient le plus. Mais nous ne devons pas considérer ce processus comme une perte. Nous devrions plutôt le considérer comme un avantage. La mise à jour de nos souvenirs avec de nouvelles informations est nécessaire à notre survie. Notre capacité à changer et à nous adapter est fondamentale pour ce qui fait de nous des êtres humains.