• Cecilia Kramar

Vanta Black – un Monde Sans Couleur

Par Ana Elisa Sousa



Un homme tombe dans un trou de huit pieds de profondeur si sombre qu'il ressemblait à une surface plane. Improbable? Pas si le trou est peint avec de la peinture ultra-noire, si sombre qu'elle absorbe jusqu'à 99,965% de la lumière visible. La peinture est Vantablack, l'une des substances les plus sombres sur terre. VANTA est l'acronyme de Vertically Aligned Nanotube Arrays, une forêt de tubes verticaux qui « poussent » sur une soustraction à l'aide d'un processus chimique spécial. Lorsque la lumière frappe Vantablack, elle est piégée au lieu de rebondir, continuellement déviée entre les tubes et finalement absorbée et se dissiper en chaleur. Le trou « plat » faisait partie de l'exposition Descent Into Limbo de l'artiste britannique Anish Kapoor.



Descent Into Limbo, par Anish Kapoor [Photo de Filipe Braga/Serralves]. Un trou peint avec Vantablack, si sombre qu'il ressemble à une surface plane




Vanta Black était le premier thème de Mondes Parallèles, une expérience en ligne gratuite conçue par l'Initiative Convergence en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Se déroulant d'avril à août 2021, Parallel Worlds comprend une série de colloques virtuels en direct où les scientifiques du cerveau et les guides bénévoles du MBAM discutent d'un sujet lié à la vision, la couleur et l'art, un atelier art-science en ligne lié à chacun des thèmes du colloque et un visite virtuelle que vous pouvez visiter ici!






L'événement a officiellement commencé le 24 avril avec le colloque Vanta Black - un monde sans couleur. Lors de l'événement d'ouverture, Marie-José Daoust, professeure de philosophie à la retraite et actuelle guide bénévole au MBAM, a guidé les participants dans l'appréciation de quatre œuvres liées à l'absence de couleur, à l'utilisation de l'obscurité dans l'art et à l'obscurité subjective que nous pouvons vivre. lors de l'interprétation de l'art. Voici un extrait de son intervention, où elle dévoile ma pièce préférée : Sans titre (Tête d'une Femme Inuite avec Deux Tresses), réalisé par l'artiste Charlie Inukpuk





Après son intervention étonnante, le docteur Patrick Cavanagh, Ph.D. en psychologie cognitive et spécialiste de la perception visuelle, a exploré comment les artistes peuvent capturer des scènes presque sans lumière - des scènes nocturnes - et comment les dessins au trait peuvent représenter des volumes et des espaces sans aucun sens de la lumière. Il a discuté de son travail concernant la perception humaine des ombres et de la façon dont la représentation des ombres par les artistes peut informer la science du cerveau sur le fonctionnement de notre système visuel. Voici un aperçu de son intervention :





Le week-end suivant, l'artiste visuelle Bettina Forget a guidé les participants dans un atelier passionnant dans lequel les participants ont exploré comment l'ombre, la ligne, le contraste et le mouvement modifient notre compréhension du visage humain. Vous pourrez très prochainement faire le même atelier, à votre rythme, via la plateforme Convergence. Restez à l'écoute!


 

J'ai eu le plaisir de discuter avec Marie-José Daoust, le Dr Cavanagh et Bettina Forget de la convergence des arts et de la science dans leur vie et leur travail, et d'obtenir leurs conseils sur la façon dont les scientifiques peuvent mettre en œuvre plus d'art et les artistes peuvent mettre en œuvre plus de science. , dans leur carrière, entre autres sujets.


Pour le Dr Cavanaugh, l'idée d'incorporer l'art dans ses recherches a fait surface au cours de son étude sur la façon dont le cerveau comprend la forme des objets - plus précisément, comment les ombres contribuent à cette compréhension. Il est vite devenu clair pour lui que les premières personnes qui ont dû y penser étaient des artistes visuels : ils cherchent à comprendre comment faire des formes à partir de lignes puis comment ajouter des ombres et des reflets pour aider à définir une scène.



J'étais juste étonné de voir à quel point une zone sombre sur une image pouvait ressembler à un trou ou à une chose noire ou à une ombre, et comment le cerveau comprenait cela. (…) Donc, mon premier objectif était de comprendre les ombres et qui fut le premier artiste à mettre une ombre dans un tableau. (...) Il y a une histoire vraiment intéressante de la façon dont les artistes ont utilisé les ombres et de ce qu'ils peuvent s'en tirer.

Pour Bettina Forget, la première rencontre avec la convergence des arts et des sciences s'est produite pendant ses études de premier cycle, alors qu'elle vivait à Singapour et poursuivait un baccalauréat en beaux-arts à l'Académie des beaux-arts de Nanyang/Université Curtin. À l'époque, elle a commencé à être active dans l'astronomie amateur.


Pendant la journée, je faisais de l'art et la nuit, je sortais mon télescope et commençais à observer le ciel. Au fur et à mesure que mon diplôme progressait, il m'est venu à l'esprit que ce que je faisais la nuit pouvait informer ce que je faisais pendant la journée, et j'ai commencé à faire de l'art astronomiquement informé. Franchement, mes professeurs ne savaient pas trop quoi faire de moi parce que j'avais un peu d'avance. Il n'y avait pas vraiment beaucoup d'art astronomique à l'époque.

L'engagement de Marie-José pour les arts est venu avec la retraite, après une longue carrière en tant que professeur de philosophie. Bien que son implication dans les arts ait été mineure au cours de sa vie d'enseignante, ses deux enfants sont des artistes. Alors que je cherchais une activité à faire après sa retraite, ils l'ont encouragée à chercher du travail bénévole dans un musée d'art. Elle ne regrette pas du tout cette décision. Lorsqu'on lui demande quel type d'œuvres d'art l'inspire le plus, elle mentionne celles qui la font se sentir petite ou qu'elle ne comprend pas tout de suite.


Je suis plus facilement ému par l'architecture, les grandes cathédrales, les mosquées et aussi certains gratte-ciel contemporains : je me sens tout petit dans un très grand espace et cela a un fort impact physique et psychologique sur moi, alors qu'avec les sculptures et les peintures, bien qu'elles peut avoir un impact, je suis généralement frappé par des œuvres que je ne comprends pas tout de suite. Nos yeux sont très rapides à « comprendre », c'est en quelque sorte un cadeau de l'évolution : votre cerveau veut savoir « Est-ce que je dois m'inquiéter de quelque chose ici ? ». Dans mon cas, une fois passé ce petit premier coup d'œil, il reste des éléments que je ne comprends pas, et c'est ce que j'ai envie d'explorer.


Working in the convergence of arts and science


L'artiste visuelle Betina décrit son travail en tant que réalisatrice au SETI, dans le cadre du programme Artists in Residence (AIR), comme ravissant et phénoménal, dans lequel elle facilite les conversations entre des artistes extrêmement talentueux et les chercheurs du SETI Institute.

Elle a mentionné plusieurs collaborations passionnantes avec SETI au cours de notre conversation, telles que Living Distance, de l'artiste à mi-carrière Xin Liu, où elle a envoyé ses dents de sagesse dans l'espace, et la bibliothèque de prêt pour les extraterrestres appelée The Library of the Great Silence, du philosophe expérimental Jonathon Keats.



Je travaille avec des gens incroyablement créatifs et brillants. Cela inclut également les chercheurs de notre Institut. Si vous êtes un chercheur d'exoplanètes, par exemple, ou un astrobiologiste, vous ne vous concentrez pas uniquement sur le nombrilisme anthropocentrique. Leur travail traite de grandes questions philosophiques, comme « Sommes-nous seuls dans l'univers ? et "Quelle est l'origine de la vie?" Il y a beaucoup de chevauchement entre la philosophie, l'art et la science.

Le Dr Patrick Cavanagh a également collaboré avec plusieurs artistes à la création d'installations basées sur la science des couleurs et sur la perception de la couleur. Par exemple, The Monster Flash (rebaptisé plus tard Rhodopsin), réalisé à la San Diego Art Fair et aussi à Paris et Palo Alto et New York.


[Dans l'installation Monster Flash/Rhosopsin], vous devez vous asseoir dans le noir, puis un énorme flash se déclenche, et tout ce que vous regardez dans la pièce est figé comme une image rémanente sur vos yeux. Et après quelques secondes, elle passe d'une image couleur après laquelle nous sommes presque tous familiers à une image après image positive en noir et blanc qui dure 10 secondes ou plus. Et cela est basé sur la vision de la tige que vous avez, qui est généralement utilisée dans la pénombre.

Pour le Dr Cavanagh, de telles collaborations apportent souvent de nouvelles connaissances aux scientifiques impliqués, et parfois aussi aux artistes, s'ils s'intéressent à la science qui les sous-tend. L'intérêt pour la découverte, dit-il, est le point commun des scientifiques et des artistes, et il est toujours à la recherche de nouvelles choses que les artistes pourraient découvrir.


Conseils aux scientifiques qui souhaitent inclure l'art dans leurs recherches


Vous devez vous demander quel art offre des données intéressantes.

Dans son cas, la question du Dr Cavanagh était « comment fonctionne la vision ? », et l'art était un moyen de tester comment, en examinant comment nous percevons les ombres dans les œuvres d'art et quelles techniques les artistes avaient perfectionnées au cours des siècles pour « tromper » le cerveau pour voir les ombres.


Il a également étudié non pas l'art, mais les artistes eux-mêmes. Comme les artistes ont des dizaines de milliers d'heures d'expérience dans la représentation du monde, il voulait comprendre ce que les artistes savent du monde et comment ils l'utilisent pour construire des dessins, des croquis et des peintures.


Il a posé des questions telles que « leur perception est-elle différente de celle d'un non-artiste ? » et « ont-ils une mémoire différente pour les scènes ? » Selon le Dr Cavanagh, il existe plusieurs questions scientifiques auxquelles nous pouvons répondre en examinant le cerveau des artistes. Par exemple, en examinant comment les maladies mentales telles que la schizophrénie affectent les œuvres d'art des artistes.


Pour Marie-José Daoust, apporter plus d'art dans nos vies - pas seulement pour les scientifiques mais pour les gens en général - nécessite non seulement de rechercher la science dans les musées ou les concerts mais de se mettre en posture créative dans la vie de tous les jours.



Pour ce faire, il faut lâcher ce réflexe de « bien faire les choses » - si vous faites de la science, vous voulez bien faire les choses, c'est ce qu'on attend de vous, et bien sûr, les résultats que vous obtiendrez à sera considéré comme valable jusqu'à preuve du contraire et cela a des conséquences. Pour se mettre sur une longueur d'onde créative, je pense qu'il faut lâcher ce réflexe d'éviter les erreurs, il faut sortir de sa zone de confort. Souvenez-vous que les artistes « créent » - ils ne savent pas à l'avance avec quoi ils vont finir.


Conseils aux artistes qui souhaitent inclure la science dans leurs recherches


J'ai également demandé à Bettina ses conseils aux artistes qui souhaitent intégrer la science dans leur travail. Elle a suggéré de choisir d'abord un domaine de la science qui les passionne déjà et de ne pas simplement être contraints par l'esthétique de la science.


Regarder à travers un microscope est phénoménal, l'imagerie qu'il révèle est magnifique. Néanmoins, créer une visualisation directe ne devrait être que la première étape. Je vous conseillerais de creuser plus profondément, de vraiment rechercher le domaine scientifique de votre choix, car c'est là que d'où viennent les idées.

Pour creuser plus profondément, elle suggère de demander pourquoi les scientifiques mènent cette recherche, quelle est la question de recherche sous-jacente à laquelle ils essaient de répondre et comment elle se rapporte aux grands problèmes qu'ils essaient de résoudre dans le monde.


Poser des questions est le chevauchement le plus fondamental entre l'art et la science. Si les artistes sont intéressés à s'aventurer dans une pratique de recherche-création fondée sur la science, c'est vraiment là qu'ils doivent aller. La recherche-création artistique nécessite une recherche scientifique. Vous découvrirez des choses merveilleuses. choses, rien n'est plus beau que la nature. Alors, plongez-vous.

Vous pouvez voir les faits saillants de mes entrevues avec Marie-José Daoust, Betina Forget et Dr Patrick Cavanaugh ici. Nous avons également parlé des artistes qui les inspirent, de la façon dont ils pensent que l'art peut contribuer à la communication scientifique et de la façon dont la pandémie de COVID-19 a affecté leur travail.


Et vous pouvez regarder l'intégralité du colloque ici, sur notre YouTube channel, avec des sous-titres en anglais et en français.



Mondes Parallèles est une expérience publique gratuite en ligne conçue par l'Initiative Convergence en collaboration avec le Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM). L'expérience englobe une série d'événements qui utilisent la collection du musée pour partager avec le public les connaissances en neurosciences et en beaux-arts sur la perception visuelle.
 
D'Avril à Août 2021, l'expérience propose trois événements mensuels qui comprennent une visite virtuelle permanente d'œuvres d'art sélectionnées pour leur valeur scientifique, historique, technique et esthétique. Un colloque en ligne en direct au cours duquel un neuroscientifique et un guide artistique bénévole discutent d'un sujet lié à un aspect de la vision, de la couleur et de l'art. Et un atelier art-science en ligne lié au colloque. Chaque session en ligne sera diffusée en direct sur Zoom et d'autres plateformes de médias sociaux. Nous espérons réunir un public diversifié pour explorer les avancées des neurosciences visuelles et l'impact et l'influence de l'art sur ces avancées.
 
Mondes Parallèles bénéficie du soutien du programme en Réparation du Cerveau et en Neurosciences Intégratives (RCNI) de l'Institut de Recherche du Centre Universitaire de Santé McGill (IR-CUSM), de la Faculté des beaux-arts de l'Université Concordia, de l'Association canadienne des neurosciences (ACN) et d'une subvention de mobilisation des connaissances du programme Healthy Brain, Healthy Lives (HBHL) de l'Université McGill.




2 views0 comments

Recent Posts

See All