unwoven_cover_large_2.jpg

DÉTISSÉ

Elmira Ayatizadeh 𝄅 Emily Bain 𝄅 Brianna Kormendy-Ramírez 𝄅 Airi Watanabe

2022
fil, tissu (voile), tube métallique, fil de fer, fil de fer

4½ pi x 7 pi

la démarche artistique

 

Les histoires et les métaphores nous aident à comprendre des informations complexes. C'est particulièrement le cas dans la communication scientifique, où les connaissances techniques sont distillées ou adaptées en descriptions métaphoriques pour faciliter la compréhension. Comme pour l'astrocyte par exemple, un type de cellule de la glie du cerveau. À l'origine, on pensait que l'astrocyte ne remplissait que des fonctions de soutien dans le cerveau, ce qui a conduit à le décrire en référence à un rôle féminin, notamment celui de "nourrice" (Upchurch et Fojtova, 2009). Plus récemment, à mesure que l'on découvre que les astrocytes jouent des fonctions centrales dans le cerveau, des termes tels que "architectes" et "maître" ont été utilisés.  

 

Unwomen représente l'exploration de l'attribution de traits sexués à quelque chose comme un type de cellule dans le cerveau, dans la mesure où l'attribution de traits sexués à des concepts modifie leur valeur perçue. Dans cet esprit, des matériaux tissés et des arts décoratifs ont été utilisés pour créer cette pièce, qui ont également été dévalués dans leur lien avec la féminité. Ainsi, l'artisanat comme les astrocytes sont vus à travers une lentille sexuée.  Unwoven est construit à partir d'un cadre métallique qui suspend des panneaux de tissu et de fil, tous tissés à un astrocyte au centre de la pièce. En tissant l'astrocyte dans les matériaux doux et délicats des panneaux, le spectateur est invité à considérer l'utilisation de la métaphore et des couleurs narratives de la perception.

l'œuvre

 
 

les biographies des artistes

499-headshots_72dpi_ElmiraAyatizadeh.jpg

Elmira Ayatizadeh

Les études universitaires d'Elmira à Concordia ellui ont permis d'acquérir des connaissances précieuses sur la pratique du design et ellui ont fait prendre conscience de l'impact de ses décisions sur le monde qui s'entoure. Iel est fasciné par l'univers des matériaux et des (micro-)organismes. Ces explorations ellui permettent de faire des parallèles avec des questions relatives à l'humanité et à la complexité de la vie, ce qui constitue souvent son domaine d'intérêt dans la création artistique. L'apprentissage d'autres formes de vie l'a aidé à prendre des décisions uniques en matière de conception, axées sur la diversité de l'écosystème de la Terre. Son médium préféré est la gravure et la conception graphique.

499-headshots_72dpi_EmilyBain.jpg

Emily Bain

Emily Bain est une artiste visuelle basée à Montréal et étudiante en design à l'Université Concordia. Elle pratique le dessin, la peinture, le collage, la couture et la conception d'imprimés. Sa pratique est souvent centrée sur les thèmes de la santé mentale et de la durabilité sociale. Elle est attirée par les qualités sensorielles et texturales d'une œuvre et préfère donc travailler avec des médias traditionnels. Pour elle, l'art est un moyen de s'ancrer dans le présent, le tangible, le réel. Récemment, elle s'est penchée sur le rôle de l'interactivité dans notre perception du travail créatif. Récemment, sa pratique a commencé à l'explorer à travers la reliure, la conception de meubles et la sculpture cinétique.

499-headshots_72dpi_BriannaKormendy-Ramirez.jpg

Brianna Kormendy-Ramírez

Brianna Kormendy-Ramírez est une artiste multidisciplinaire et une designer. Elle termine actuellement son baccalauréat en design à l'Université Concordia. Sa pratique créative a débuté par la peinture à l'huile et comprend maintenant un large éventail de médiums et de techniques, dont l'illustration numérique, la couture, la photographie et, plus récemment, la biofabrication et la teinture textile.  Elle s'inspire de son héritage mexicain/slovaque et de ses valeurs d'empathie, de justice sociale et de justice environnementale. Elle est également fascinée par les pratiques de « slow design » et les anciennes traditions artisanales de l'art populaire mexicain. 

499-headshots_72dpi_AiriWatanabe.jpg

Airi Watanabe

Airi Watanabe est candidate au doctorat en neurosciences à l'Université McGill de Montréal. Elle étudie les synapses - les endroits où les cellules du cerveau se rencontrent - afin d'examiner comment les souvenirs sont enregistrés. Elle s'intéresse à la façon dont les souvenirs sont créés et perdus. Elle est une passionnée chronique qui expérimente différentes formes d'art, de la photographie à la peinture et, plus récemment, à l'art textile. Airi se passionne également pour la vulgarisation scientifique et la science équitable, en particulier pour rendre la science accessible à tous. Elle espère documenter le cerveau et la science par des œuvres d'art significatives qui peuvent être appréciées par tous.

 

une exploration de la science

Les idées scientifiques, en particulier celles qui concernent le microscopique, nécessitent souvent des métaphores pour être décrites. Par exemple, les neurones "envoient" des signaux, les molécules "rivalisent" et "se lient" ou "bloquent" les récepteurs. Ces métaphores peuvent être porteuses de significations socialement chargées. 

Les astrocytes sont un type de cellules gliales, un groupe de cellules non neuronales qui étaient initialement considérées comme la "colle" du cerveau en raison de leur apparente passivité par rapport aux neurones électriquement actifs. Les descripteurs utilisés pour désigner les astrocytes ont évolué au fur et à mesure de la découverte de leurs rôles fonctionnels : ils sont passés de "matériel d'emballage" à "nourrices", puis à "gardiens" et enfin à "architectes" du cerveau, comme le soulignent Upchurch et Fojtova dans leur article "Women in the Brain : A History of Glial Cell Metaphors". Ils ont également noté qu'au fur et à mesure que la "valeur" perçue des astrocytes augmentait, les descripteurs qui leur étaient appliqués passaient de ceux associés à la féminité à ceux associés à la masculinité.

Ces descripteurs métaphoriques influencent la compréhension du sujet par le grand public, mais les scientifiques ne sont pas à l'abri de cet effet. Les mots font allusion à l'importance relative du sujet, influençant ainsi les efforts consacrés à son étude.  À titre d'exemple, au cours des cinq dernières années, pour chaque article publié sur les astrocytes, il y en a eu neuf autres sur les neurones, si l'on se base sur la recherche de ces mots clés sur le moteur de recherche PubMed. Ainsi, une boucle de rétroaction est créée jusqu'à ce que le statu quo soit remis en question.

 

[1] Upchurch, Meg, and Simona Fojtová. “Women in the Brain: A History of Glial Cell Metaphors.” NWSA Journal 21, no. 2 (2009): 1–20.

artist statement